Notre identité s'exprime au travers des 5 facettes du logo de l'AMAPE

 

Le logo de l'Association des Maisons d'Accueil Protestantes pour Enfants (AMAPE) est composé de cinq éléments donnant d'emblée l'impression de mouvement, de dynamisme, de rebond... On dirait volontiers que ça saute dans tous les sens ! Mais comment en serait-il autrement avec des enfants ? Et ceux que nous accueillons, de par la singularité de leurs histoires, sont particulièrement pleins de vie et d'énergie.

 

Ces cinq éléments sont eux-mêmes de couleurs différentes :

  • Le bleu : au cœur du logo, l'acronyme AMAPE est stylisé à partir de courbes douces et légèrement montantes. Il symbolise l'association qui, depuis ses débuts, est restée fidèle à ses convictions et à ses engagements. En bleu soutenu, la solidité de notre structure associative est ainsi soulignée.
  • Le rouge : un point rouge sur une carte, nul doute, c'est l'indication d'un lieu ! Dans ce logo, le rond devient ballon, jeu universel, sans doute le préféré des enfants et se veut signifier nos maisons qui, en permanence, doivent évoluer pour répondre aux besoins de leur jeune public.
  • Le vert : "C'est vert, passez !" Et même, entrez... Vous êtes les bienvenus ! Et c'est vrai que nos maisons sont d'abord des lieux d'accueil, des refuges (l'idée du triangle = toit de maison) où les enfants se sentent bien, des foyers douillets et chaleureux pour se reconstruire et avancer dans la vie.
  • Le noir : deux lignes qui se croisent et viennent sobrement évoquer la croix de Jésus-Christ, et rappeler l'amour premier de Dieu pour le monde, ce monde. Les origines chrétiennes (protestantes) de l'association sont clairement affirmées pour souligner un certain état d'esprit et des valeurs encore bien présentes dans nos murs, mais sans arrière-pensée prosélyte.
  • Le bleu ciel : une spire pour dire tout le ressort des enfants accueillis. Garçons ou filles, petits ou grands, timides ou bavards, calmes ou turbulents... Autant d'envies de vivre. Et que de joie et de bonheur ! L'avenir leur appartient... et le présent aussi !